lundi 17 juin 2013

Un grand besoin

Avoir un grand besoin de quelqu'un et ne se l'avouer qu'à demi-mots ne fait pas pour autant un petit besoin que du contraire.
Posté par Bruno Uytters à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 juin 2013

Inventaire

Il fit de sa vie l'inventaire, et trouva, pour solde de tout compte, le besoin définitif de se taire.
Posté par Bruno Uytters à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 16 juin 2013

La symphonie de glaces

Hier était un autre jour. Le premier jour d'une nouvelle ère. Ce qui en soit, ne veut pas dire grand chose et ne présente, guère d'intérêt. J'avais eu froid. De ce même froid éprouvé avant-hier, dans l'humidité grise et sous un vent triste. Je me souviens. L'après-midi souffrait sous une pluie vive et monotone. Il y avait eu de gros grelons ce qui pour la saison ne révélait rien de particulier. J'étais pourtant bouleversé par le spectacle, comme si une peur enfantine, refoulée, avait émergé à la surface, et me submergeait. Ces... [Lire la suite]
dimanche 16 juin 2013

Pile ou face ?

Faire volte-face et retomber pile sur sa face peut faire mal ...mais pas aux fesses !
Posté par Bruno Uytters à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 16 juin 2013

Aquilon

Aquilon se tord en tout sens et mardi, nous serons en septembre J'ai craché dans mes paumes et mordu dans le fruit, sans attendre, la pluie.   Les heures claires se sont perdues et les jours sombres sont à vendre.   Je t'offre ma vie toute nue, toi, mon ivresse au coeur tendre aux joues roses et à la chatte velue.       Août 1992.
dimanche 16 juin 2013

Sans aucun doute

Tu es partie. Tu as tout mis sans dessus Tu as tout mis sans dessous.   Tu es partie sans aucun doute là-dessus.   Tu est partie sans aucun doute tu m'as déçue.   Tu es partie Tu nous as eu Tu es en nous. Quoi qu'il en coûte.   Tu es partie tu as gagné la partie et nous l'avons perdue.   Tu es partie laissant ta place Jusqu'à ta trace qui a disparu enfouie, perdue.   Tu es partie et nous restons parties de toi sans aucun doute.           ... [Lire la suite]

dimanche 16 juin 2013

L'oiseau, la fleur et le cerveau

Tout à contempler, l'oiseau observe au repos, à l'état si simple d'une renaissance guéri de ses maux, gratifié d'une nouvelle chance, voilà qu'il plane heureux et observe en silence.   Pour longtemps ?   L'âme, en rien,  rétive la fleur des sens attend son eau à l'aube si juste d'une délivrance elle dévide ses pétales, qu'épure un calme soufflement. Elle pétille comblée et palpite librement.   Pour durer ?   Le cerveau pour toujours captif le fruit du corps retient son saut à l'orée si... [Lire la suite]
Posté par Bruno Uytters à 10:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
samedi 15 juin 2013

Si pur

Au grand air lent sévissant alentour, le souffle qui déchire, d'un géant se répand et submerge par éclats, épars et troubles.   Haut, si profond dans l'azur un feu se cabre et dresse son oriflamme puis tire ses flèches ardentes et brûle: si pur.   Il consume l'énergie du désespoir sublime car il voit: l'animal gît en un soleil vermeil sur un nuage de terre; le cri ultime qu'il pousse, l'incline vers son dernier sommeil.  
Posté par Bruno Uytters à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 15 juin 2013

Si tendre est l'instant

La chaleur se répand sur ma nuque aussi simplement dénudée. La fenètre est ouverte sur un monde d'où affluent les denses saveurs du dehors. Assis face à mon bureau, cet instant est d'or. Privilège si simple d'une caresse légère d'où s'inscrit ma dictée, je veux tendre vers l'instant suprême: celui-là même qui fait défaut à tant de vies, à ceux privés d'amour et de la capacité d'aimer, qui nagent jusqu'à épuisement dans une rivière sans berges.
samedi 15 juin 2013

Nouveau soleil

Obscurcie et réduite au silence, l'étincelle pourtant demeure la vierge d'un soir et qui éclaire en réveillant la flamme des consciences abandonnées. Le doute s'est envolé qui conforte les nuées du grand esprit réincarné. C'est la mort qui se consume en volutes jusqu'à ce que surgisse une autre vie dans le cerveau éparpillé du genre humain. La terre entière réduite à un coeur dont la chaleur rayonnante serait celle d'un nouveau soleil !