Il vaudrait mieux ne pas oublier d'oublier ce qui nous rend triste et malheureux. Un oubli salutaire qui ne se limite pas à une simple tournure d'esprit mais à une amnésie librement consentie.